Vaisseau “Le Marseillois” (1762).

3_le_vaisseau_le_marseillois_1762-1794_collection_de_la_cci_marseille_provence_c_f._jonniaux_ccimp.jpgCe modèle réduit rappelle le souvenir glorieux d’un vaisseau de combat du XVIIIe siècle.

Fort de ses 74 canons, «Le Marseillois» avait fière allure: sa construction fut décidée durant la Guerre de Sept ans, alors que la Royal Navy coulait par le fond nombre d’unités françaises.

Devant pareils désastres, les négociants marseillais ne devaient-ils pas montrer leur attachement au roi en concourant au rétablissement de la flotte?

Le 16 décembre 1761, au cours d’une assemblée extraordinaire de la Chambre de Commerce de Marseille, fut voté le don d’un bâtiment et l’emprunt nécessaire à son financement.

Choiseul, alors ministre de la Marine, remercia la Chambre de son geste méritoire et tint à l’informer que «Sa Majesté a nommé sans hésiter le vaisseau que vous lui avez destiné Le Marseillois, et elle a été bien aise qu’il portât le nom de votre ville dans sa Marine».

Construit par l’ingénieur Chapelle, le vaisseau de haut bord fut lancé le 17 juillet 1766 à l’arsenal de Toulon.

Au temps de la Guerre d’Indépendance américaine, le bâtiment participa en particulier à la victoire décisive de Yorktown.

La carrière du «Marseillois» se poursuivit avec les campagnes navales des Antilles.

À la suite de la révolte des Sections de Marseille contre la Convention, il fut débaptisé pour devenir le «Vengeur-du-Peuple», autrement dit le «bourreau» selon la terminologie révolutionnaire.

Affecté à l’escadre de Villaret-Joyeuse, il quitta Brest pour protéger un convoi de blé en provenance de l’Amérique du Nord que venait menacer le Britannique Howe.

Le 13 prairial an II, canonné, démâté, l’eau pénétrant d’abondance dans ses cales, l’ex-« Marseillois » sombra avec une partie de son équipage criant une dernière fois : « Vive la République!».

Une fin héroïque, popularisée au fil des décennies en de nombreuses peintures, gravures et images d’Épinal…

En 1978, ce modèle réduit eut le privilège de traverser l’Atlantique pour participer à différentes expositions commémoratives du Centenaire de la Guerre d’Indépendance, aux États-Unis.

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s